• (...)Les yeux, en larme, et la bouche édentée (= personne désarmée) de la femme tombant dans les flammes (Guernica a été bombardé à la bombe incendiaire) exprime la mort d'un peuple désarmé, la lâcheté du bombardement. La mère portant son enfant mort exprime une douleur universellement compréhensible, et traduit l'horreur de toutes les guerres. Ses yeux en forme de larme, , sa langue en forme de couteau, son visage tourné vers le ciel (d'où est venu le drame), tout en elle exprime la souffrance et le désarroi.(...)

    "Comprendre Guernica" _ Sylvain Weisse






    5 commentaires



  • 6 commentaires
  • Contemporain de Picasso, Soutine, Cézanne, Matisse, Rivera... tout le talent pictural réunis en quelques hommes de génie dans les années 20.

    J'ai visionné hier le film de Mick Davis sur sa vie ;  cet homme était fou, schizophrène, alcoolique, drogué et... fascinant, tant pour ses amis artistes que pour la femme de sa vie Jeanne qui fût son principal modèle.

    Son attrait pour les femmes brunes aux longs cous reste une énigme pour moi, mais la passion de cette femme et de ce génie (elle se suicida, enceinte de leur deuxième enfant, le lendemain de sa mort) m'émut jusqu'aux larmes...

    Sur la jaquette du DVD était noté une citation : « Lorsque je verrais ton âme je peindrais tes yeux... », c'est cette phrase qui me le fit acquérir mais il dit surtout une phrase ciselé comme un joyau... « Le bonheur est un ange au visage grave ...»

    Tous les artistes de talent étaient ils donc atteints de folie et de mal de vivre... ?

    http://www.modigliani-amedeo.com/HomeFRA.htm





    7 commentaires
  • Le surréalisme de Salvador Dali m'a toujours autant attirée que révulsée...

    Parce que je n'ai jamais rien compris à sa peinture, parce que je n'en ai saisi que la souffrance et la folie picturale, parce qu'à part sa série des femmes à tiroirs et celle des montres molles, je n'ai jamais su saisir « l'essence spirituelle » de ce peintre pourtant contemporain, j'ai glané de ci, de là, quelques références à sa sexualité et son enfance (il parait que l'un explique souvent l'autre...).

    Il fût exhibitionniste, pervers, onaniste, emplis de fantasmes incestueux, homosexuel (même si son ami Garcia Lorca ne parvint jamais à le sodomiser) et pourtant primairement hétérosexuel. L'on dit de lui qu'il eut sa période avant et après Gala (qui fut avant lui la femme du poète Eluard et la maîtresse de Marx Ernst) qui endigua sa folie schizophrénique.

    L'on ne pense pas toujours à ces choses là lorsqu'on regarde un tableau de Dali, mais si on le scrute..., que voit on... ?

    http://www.universdali.com/

    9 commentaires
  • Hormis bien entendu l'une des versions des « Tournesols » qui trône tout à coté de Matisse (si, si Fil :), sur l'un des murs (blancs aussi bien entendu) de l'étage de mon « home sweet home » est exposé une copie de ce tableau « le Café Terrasse ».

    Van Gogh fut un hollandais du 19° siècle, l'on dit de lui que son naturel artistique est une « mélancolie active », il désirait exalter la condition des plus humbles (il fut aussi responsable d'une mission évangéliste en Belgique) mais aussi que son intervention envers autrui fut reconnue.

    A la suite d'une altercation avec son ami Gaughin, il se tranche l'oreille puis il la met dans une enveloppe et l'offre à une prostituée. Interné durant une année dans un hôpital psychiatrique, il y peignit 150 toiles. Deux mois après sa sortie, il se suicide dans le champ de blé qu'il vient de peindre...

    Méconnu et méprisé de son vivant, la moindre de ses esquisses est un trésor de nos jours.

    « Il n'y a rien de plus réellement artistique que d'aimer les gens... » Dira t il...

    Inutile de vous expliquer pourquoi je m'y suis arrêtée...

    http://www.vangoghgallery.com/




    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires